Emmanuel Rioufol /  extrait de la série Guinée-Èquatoriale, traces – épreuve aux sels d’argent 1/6 –  50X60cm 2000

Petit pays d’Afrique Centrale méconnu et peu visité, la Guinée-Équatoriale fut colonisée par les Espagnols durant deux siècles avant de retrouver son indépendance en 1968 pour devenir une dictature.

Aucun ouvrage spécifiquement photographique sur la Guinée-Equatoriale n’existait encore en 1999. Pour cette commande du Ministère des Affaires Etrangéres , il s’agissait en quatre semaines de créer de toutes pièces un patrimoine photographique, une mémoire de ce pays à la veille du nouveau millénaire. Mon travail de prises de vues s’est donc porté aussi bien sur le portrait que l’habitat ou la végétation ; toutes traces qu’il me paraissait nécessaire de retenir avant qu’elles ne soient remplacées par d’autres, plus en phase avec de nouvelles orientations économiques.

Forêts vierges et luxuriantes, « paradis perdus », vestiges en déliquescence de la colonisation, paysages portuaires désolés; ces photographies témoignent d’un « monde hors du temps » en l’an 2000 mais dont nous savons, nous, qu’il se dilue inexorablement.

 

+ Site.